Disparition de notre Ami Olivier Lemerle

C’est avec une grande tristesse que l’UBB et ses membres ont appris que notre ami Olivier Lemerle s’est éteint le 20 août dernier à Saint-Malo.

Quoique né à Paris, en 1956, Olivier était malouin, malouin par son père Pierre-Noël,malouin par son amour de la cité corsaire où il aimait passer le plus possible de temps, et sur l’histoire de laquelle, sans jamais s’en vanter, il était incollable.

Malouin et marin. Passionné de navigation, Olivier avait lancé en 2012, avec son ami Armel de Kerros, la EUR Sailing Team, le club de navigation des Européens de Bruxelles.

Malouin et breton. Olivier était attaché à ses racines bretonnes. Celles des Lemerle étaient à Saint-Etienne-de –Montluc, dans le pays nantais, depuis le 16e siècle au moins. Son penchant pour l’histoire familiale l’avait conduit, il y quelques années, à publier les correspondances de ses ancêtres pendant la Guerre de 1914-1918. Mais l’intérêt pour la Bretagne sortait aussi du cadre familial : dans les années 1980, Olivier avait dirigé le CELIB, le Comité de Liaison des Intérêts Bretons et, une fois installé à Bruxelles, il s’était mis au service de l’amicale des Bretons, sous ses diverses formes consécutives, un engagement qui a duré 25 ans.

Breton et Européen, comme son père, un ardent militant et acteur de la construction européenne dès ses débuts, Olivier s’intéressait aux thématiques de développement économique. Il avait rejoint  en 1985, les Chambres de Commerce et d’Industrie de France et leur représentation à Bruxelles, où il animait également le Cercle des Délégués Permanents Français.

Après avoir cessé ses activités de chambre de commerce à la fin octobre 2015, il a continué de siéger en tant que Membre suppléant au Comité Économique et Social auprès d’Henri Malosse. Depuis, Olivier se partageait entre Bruxelles et Saint-Malo, où ses ennuis de santé l’ont finalement maintenu loin de nous durant sa dernière année.

Généreux, amical et ouvert, homme de contact, de convivialité, fidèle et dévoué en amitié, Olivier savait toujours qui joindre pour résoudre un problème, faire avancer un dossier. Tout se débloquait de préférence à table, autour d’un verre. Olivier était un bon vivant.

Même si les malheurs n’avaient pas épargné sa famille, même s’il savait sa santé précaire, Olivier demeurait optimiste, serein et volontariste. Il restait un bon vivant.

Notre ami et le vôtre, Olivier nous manquera beaucoup, mais son sourire et ses manières amicales resteront avec nous pour toujours.

Toute notre sympathie et notre compassion vont à son épouse Elisabeth, ses deux filles Clémence et Marylise.

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *